Andreï Kolesnikov, dans une chronique sur le site Gazeta.ru, affirme que la Russie doit accepter la main tendue de la France plutôt que celle de l’Asie.

L’entretien d’Emmanuel Macron à The Economist a été perçu par la classe politique russe comme un pas de plus vers le rapprochement entre les deux pays. Or, le président français ne faisait que rappeler sa volonté d’une Europe plus forte et indépendante des Etats-Unis pour peser dans le jeu géopolitique, comme elle n’a pas sur le faire face à la Turquie.

Pour le chroniqueur Andreï Kolesnikov, les Russes devraient mieux travailler au rapprochement franco-russe et saisir la main tendue d’Emmanuel Macron depuis plusieurs mois. Pour rappel, Vladimir Poutine a rencontré son homologue au fort de Brégançon le 19 août 2019 dans le but de relancer le dialogue. Le président français avait alors déclaré « la Russie est européenne ».

Se tourner vers l’UE, « un projet politique réussi »

Fin août, Emmanuel Macron avait réuni ses ambassadeurs pour leur demander de renforcer l’amitié franco-russe par tous les moyens. Jean-Yves Le Drian et Florence Parly s’étaient tous les deux rendus en Russie pour échanger sur les opportunités communes des deux pays. Tout semble depuis cette date marquer la fin d’une période diplomatique « gelée » sous Nicolas Sarkozy et François Hollande.

L’éditorialiste russe Andreï Kolesnikov avance donc cette idée qu’au lieu de se tourner vers l’Asie, qui ne partage pas le socle culturel et la vision économique, la Russie devrait renouer avec son partenaire de toujours, la France, et plus largement l’Europe. Selon lui, l’Union européenne est « l’un des projets politiques les plus réussis de l’histoire contemporaine ».

Jacques-Olivier Busi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *