Une rétrospective Eisenstein au centre Pompidou de Metz

serguei eisenstein nevski

Père de tous les réalisateurs russes, icône de la propagande soviétique, Sergueï Eisenstein a fasciné des générations. Pourtant, ses films sont très peu diffusés. Les Messins pourront en profiter tous les week-ends jusqu’au 24 février !

C’est la plus belle rétrospective que l’on pouvait faire pour un réalisateur aussi important. Ses chefs d’œuvre cinématographiques seront diffusés au Centre Pompidou de Metz tous les vendredis, samedis et dimanches, jusqu’à la fin du mois de février 2020. Au menu, les classiques : Le Cuirassé Potemkine, La grève, Octobre, Que viva México !, Alexandre Nevski, les deux volets d’Ivan le Terrible ou encore La ligne générale.

En plus de ses films entièrement voués à la cause communiste, le public pourra voir les expérimentations théâtrales du réalisateur. L’exposition qui lui est consacrée vous dévoilera également tous les croquis esquissant les lignes fantastiques de son imagination.

Ivan le Terrible en couleur

Le but du centre Pompidou de Metz est de montrer « la manière dont un créateur fabrique ses images, à un moment où la question de la genèse artistique est devenue centrale ».

L’Ours Magazine vous conseille tout spécialement Alexandre Nevski. C’est un film vieillot et totalement voué à la cause militaire soviétique antiallemande. Mais qu’importe.

Ce film vaut tout l’or du monde simplement pour sa musique, composée par la génial Sergueï Prokofiev. Autre film d’intérêt, Ivan le Terrible. Pourquoi ? Parce que la dernière demi-heure, figurez-vous, est en couleur. Quand les Russes ont pris Berlin en 1945, ils ont mis la main sur cette invention nazie, le film en couleur.

Les adeptes du cinéma russe et ceux qui veulent voir un film mythique qui inspire encore aujourd’hui Hollywood, iront, quant à eux, voir Le Cuirassé Potemkine.

Laisser un commentaire