Honfleur accueille la 27e édition du festival de cinéma russe. La programmation, entre Histoire et noyau familial, reflète la grande richesse du grand écran russe.

Mardi 19 novembre, la jolie petite ville de Honfleur abrite un festival d’excellence qui durera une petite semaine. Année après année, depuis plus d’un quart de siècle, le cinéma russe s’arrime au port normand et nous régale des frais arrivages. Huit films sont en compétition cette année :

  • Le kérozène de Yussup Razikov,
  • L’éléphant d’Alexeï Krasovski,
  • Il était une fois dans l’Est de Larissa Sadilova,
  • Dans le port du cap d’Alexander Veledinski,
  • Le loup imaginaire, de Valeria Gai Germanika,
  • Texto de Klim Shipenko,
  • Un dimanche de Svetlana Proskuriva,
  • Un simple crayon de Natalia Nazarova.

Tarkovski, Mikhalkov… les classiques du cinéma russe

Il sera tout particulièrement intéressant pour le public d’aller voir les « panoramas » proposés par le festival de Honfleur. Les thèmes sont la famille et l’Histoire. Une série de films produits par Mosfilm mérite particulièrement votre attention. En effet, ce sont quatre long-métrages mythiques dont la qualité et la justesse ne se sont pas estompées au fil des années : La parentèle de Nikita Mikhalkov, Oncle Vania de son frère Andreï Konchalovski, Le miroir du célèbre Andreï Tarkovski et la Fille américaine de Karen Shakhnazarov.

Le festival sera animé par deux événements musicaux. Samedi 23 novembre à 20 heures, le baryton Vladislav Kosarev présentera un récital, tandis que le lendemain, à 14h30, le pianiste Vadim Sher et le violoniste Dimitri Artemenko offriront au public leur concert Passeport Nansen.

Photo : Margarita Terekhova dans Le miroir

Benedicte De Lamartinie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *