Interview de l’actrice Liza Paturel, russe et française à la fois.

Interview – Liza Paturel est une comédienne russe arrivée en France il y a un peu plus de trois ans. Elle a reçu une formation de théâtre à Moscou, puis a multiplié les rôles. La télévision, le cinéma, la scène, la publicité : son répertoire est ample. Retour sur une migration réussie.

10354743_839368892793605_5151022433152666079_nLiza Paturel en un mot :

Têtue. Parce que je suis habituée à franchir des obstacles pour atteindre mes buts. Ma vie le prouve, par exemple quand j’ai quitté la Russie il y a trois ans.

La Russie vous manque ?

Oui, mais je ne veux pas revenir vivre là-bas. J’aime l’esprit du pays et les gens, mais maintenant je suis très bien en France.

Comment était votre enfance là-bas ?

J’ai eu une enfance très heureuse. Je vivais dans la petite ville bucolique de Taganrog, au Sud du pays, dont je garde de bons souvenirs. Il y avait mon père, ma mère et ma sœur aînée. A 16 ans, j’ai déménagé pour Moscou, car j’allais à l’université, en faculté de lettres. C’est là que j’ai débuté à l’école de théâtre Most. Mon histoire d’amour avec le théâtre commençait vraiment.11163775_1018703544860138_592396097048106398_n

Vous aimiez déjà le théâtre petite ?

Depuis que je suis enfant, je rêve d’être comédienne, de faire des spectacles. Je n’ai jamais été sûre de pouvoir y arriver. Most m’a apporté ma première expérience et toute ma formation. Je suis restée là-bas huit ans en tant que comédienne principale.

Quelle vision aviez-vous alors de la France ?

Comme un pays de rêve, le pays le plus romantique. Une sorte de Disneyland où les gens habitent. Le pays de la beauté, de l’esthétisme ; la langue française elle-même est belle. J’avais une vision idyllique.

Pourquoi vous êtes-vous installée en France ?

C’est dû à un grand amour, mon mari, qui est Français. Je l’ai rencontré dans un festival international de théâtre. J’ai tout quitté et appris le français. En 2013, j’étais déjà installée.

10730970_839367892793705_3698641948540034265_nQu’est-ce que la France vous a apportée ?

L’ouverture d’esprit ! Les gens sont libres de penser. Attention, je ne dis pas qu’ils ne le sont pas en Russie, mais les Français ont des horizons plus larges, sont issus de nationalités différentes. A Paris, je me sens toujours dans la foule, ce qui ne m’arrive pas en Russie.

Être comédienne en Russie et en France, quelle différence ?

Le théâtre est très différemment perçu. En Russie, il y a l’institut. Le théâtre est plus important et plus ancien. C’est considéré comme un art collectif. En France, il y a beaucoup d’artistes seuls sur scène : des one-man-show par exemple. Les Français sont meilleurs en improvisation, et les Russes dans le travail avec les partenaires, car ils sont toujours à l’écoute des metteurs en scène. Et le public aussi est très différent. En Russie, on va au théâtre pour sentir des émotions fortes, d’où les drames et les pièces bouleversantes ; tandis qu’en France, les gens veulent rire après une journée de travail, d’où les vaudevilles.

Est-ce dû à l’âme russe ? D’ailleurs, croyez-vous qu’elle existe ?

Oui, je pense. Le Russe est quelqu’un qui aime aller profondément dans ses sentiments, les sentir à l’extrême. Quand il pleure, il ne fait pas semblant, et quand il rit, il rit aux éclats.

10846380_839367042793790_4543519058129627295_nAvez-vous rencontré beaucoup d’artistes russes à Paris ?

Oui, il y a beaucoup de russophones dans la capitale. Ce sont d’ailleurs les amis les plus proches que j’ai en France.

Quelle est l’actrice qui vous inspire le plus ?

Nathalie Portman. Elle est belle, canon ! Mais surtout on sent dans chacun de ses rôles tout le travail de préparation, le fait qu’elle a abandonné sa vie un moment pour entrer dans son personnage. Sa palette le prouve.

Quelle émotion préférez-vous jouer ?

Je ne pense pas comme cela. Je préfère entrer dans un rôle dramatique, et les émotions viendront ensuite. Et les rôles que je préfère sont ceux qui me touchent personnellement.

10704193_839366309460530_431227241278904752_nVous êtes bilingue franco-russe, vous représentez une jeunesse créative… De votre point de vue, pensez-vous que les deux pays ont intérêt à accroître leurs relations ?

Bien sûr, c’est mon rêve ! Ces deux pays, je les considère comme mes deux maisons. Je crois que les Français sont le peuple européen le plus proche des Russes au niveau de la mentalité.

Pour quelle raison ?

Pour le sens de l’humour. C’est le point le plus important. J’ai me suis tout de suite sentie à l’aise quand j’ai constaté que nous avions le même sens de l’humour et la même capacité à rire de nous-mêmes.

Propos recueillis par Paul LEBOULANGER

Paul Leboulanger

One thought on “Liza Paturel : “Les Français sont les plus proches des Russes par la mentalité””

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *