Revol Bounine : biographie du compositeur soviétique

Revol Bounine est un grand compositeur russe et soviétique du 20e siècle. Il a laissé dix symphonies et un poème symphonique inspiré de Pouchkine.

revol bounine photo
Revol Bounine.

Revol Bounine, l’enfant de la Révolution

Revol Samoïlovitch Bounine est né le 6 avril 1924 à Moscou. Son père, qui s’appelait Samouil Markovitch, était un professeur d’économie sociale, mais surtout un bolchévik de la première heure. Avant même que n’éclate la Révolution russe, il était un membre du parti bolchévique. Quand son fils est né, il l’a appelé Revol en hommage à la Révolution.

A seulement six ans, Revol Bounine commence à écrire des valses, des polkas, des menuets ou encore des marches sur ses feuilles. Il n’a pas de papier à musique car ce type de matériel était particulièrement dur à trouver dans la Russie post-révolutionnaire. Sa mère lui enseigne le piano et l’encourage dans son apprentissage de la musique.

Revol Bounine formé par Vissarion Chebaline

Revol Bounine perd sa mère à 14 ans. C’est alors son père, Samouil, qui va s’occuper de son éducation. Il entre alors à l’école de musique de Moscou, où il étudie la composition avec Ilya Litinski. Au bout de ses trois ans d’études, il est admis au Conservatoire. Le directeur de l’époque, Vissarion Chebaline, le prend sous son aile.

En 1941, il est convoqué pour travailler dans une usine militaire avant d’être intégré dans le service actif. Cependant, conscientes de ses aptitudes musicales, les autorités soviétiques le font stationner non loin de Moscou. En mars 1943, il est démobilisé pour des raisons de santé.

Sous l’aile du grand Chostakovitch

A peine trois mois plus tard, le grand Dmitri Chostakovitch entre au Conservatoire pour y donner des cours. Il choisit comme premier élève Revol Bounine, qui restera longtemps son seul et unique disciple. Le professeur trouve cela formidable que son apprenti lise Tchekhov et Leskov, ou encore qu’il connaisse la différence entre une passacaille et une chaconne.

J’étais plus captivé par les œuvres de Chostakovitch. Secrètement, je rêvais de devenir son élève. Enfin, ce jour heureux est arrivé, le 7 juin 1943… Au piano, un homme aimable, vêtu d’un costume gris modeste, avec des lunettes à monture d’écaille. Il avait l’air très jeune, pas comme les vieux savants éminents du Conservatoire.

Revol Bounine

Deux ans plus tard, il reçoit son diplôme avec les honneurs. Cependant, Vissarion Chebaline, rancunier d’avoir été écarté au profit de Chostakovitch, empêche que son nom soit gravé sur le tableau d’honneur.

En 1947, Revol Bounine accompagne Dmitri Chostakovitch à Saint-Pétersbourg (Leningrad) pour y donner des cours au Conservatoire. Il assiste son maître pour l’enseignement, et en parallèle compose sa deuxième symphonie, dont il confie la direction au chef d’orchestre Evgueni Mravinski.

La chute de Revol Bounine

Il revient à Moscou l’année suivante, enrôlé par l’État pour travailler comme éditeur de musique. Lors de la disgrâce de Chostakovitch, pendant la chasse aux sorcières des soviétiques contre les milieux artistiques, Revol Bounine perd son poste au Conservatoire. Il est indésirable dans toutes les institutions.

Revol Bounine entre alors dans une période délicate et tente de gagner son pain en écrivant pour d’autres compositeurs. S’il est critiqué de manière officielle, il n’en remporte pas moins plusieurs prix Staline. Cependant, il n’est jamais invité pour les recevoir et son nom n’est pas prononcé.

Entouré de sa femme et de proches étudiants, Revol Bounine s’éteint le 3 juillet 1976 à Moscou.

Œuvres de Revol Bounine

Œuvre Date Genre
Mascarade 1944 Opéra d’après Lermontov
Symphonie n°1 1943 Oeuvre pour orchestre
Symphonie n°2 1945 Oeuvre pour orchestre
Le convive de pierre 1949 Poème symphonique d’après Pouchkine
Symphonie n°3 1957 Oeuvre orchestrale
Symphonie n°4 1959 Oeuvre orchestrale
Symphonie n°5 1961 Oeuvre orchestrale
Concerto pour orchestre de chambre 1961 Oeuvre orchestrale
Symphonie n°6 1966 Oeuvre orchestrale
Symphonie n°7 1969 Oeuvre orchestrale
Symphonie n°8 1970 Oeuvre pour orchestre de chambre
Symphonie n°9 1975 Oeuvre orchestrale
Concerto pour alto et orchestre 1952 Dédié à Roudolf Barchaï
Symphonie concertante 1972 Concerto pour violon et orchestre
Sonatine 1939 Oeuvre pour piano
Conduis-nous 1964 Oratorio
Deux vies 1956 Musique de film
Dix jours qui ébranlèrent le monde 1968 Musique de film d’après John Reed
Le prolétaire volant 1962 Musique pour dessin animé