Biographie de Sergueï Mikhalkov

La famille Mikhalkov, une histoire russe

Sergueï Mikhalkov est né le 27 février 1913 à Moscou. Son père est Vladimir Mikhalkov, un descendant direct d’une importante lignée nobiliaire du grand-duché de Lituanie. Il est marié à Olga Glebova. Les Mikhalkov sont une famille prestigieuse ayant connu plusieurs amiraux, gouverneurs et princes.

La famille de Sergueï Mikhalkov s’installe à Piatigorsk, dans le kraï de Stavropol, en 1927, alors qu’il étudie encore. Il publie son premier poème l’année suivante : Chemin (Doroga). C’est un petit journal, Na Podyome, qui couvre la région de Rostov-sur-le-Don, qui lui donne cette première chance. Après ses études secondaires, il part travailler dans une usine textile. Puis, il se lance dans une expédition d’exploration géologique.

hymne soviétique tonton stiopa mikhalkov
Le poème Tonton Stiopa de Sergueï Mikhalkov a été adapté en dessin animé par l’Union soviétique, pour séduire les nouvelles générations.

En 1933, il travaille dans le courrier des lecteurs du journal Izvestia et écrit des piges pour Pravda, Komsomolskaïa Pravda et Ogoniok. Il publie le poème Tonton Stiopa en 1935 dans le Pionnier. Il y parle d’un milicien géant qui accomplit des miracles et cherche toujours à bien faire. Adapté en dessin animé dès 1939 par le régime soviétique, il sert de référence pour former les jeunes.

Dans les années 1930, ses principaux rivaux sont Korney Chukovsky, Samuil Marshak et Agnya Barto. Ce groupe d’écrivains publie majoritairement des romans et des petites histoires pour les enfants. Toute la carrière de Sergueï Mikhalkov se joue en 1942, alors qu’il n’a même pas trente ans. Joseph Staline, leader de l’Union soviétique, approuve son travail et lui passe une commande d’envergure : écrire le nouvel hymne national russe.

Créateur de l’hymne soviétique

Pourquoi faire un nouvel hymne ? La Russie avait depuis 1917 l’Internationale comme musique officielle, mais depuis l’engagement dans la Seconde Guerre mondiale, Staline souhaite un hymne typiquement russe. C’est pour cela qu’il fait confiance à Sergueï Mikhalkov et à son patriotisme. Les paroles sont donc de lui, mais la musique est composée par Alexandre Alexandrov. Mikhalkov présente son travail à Staline à l’été 1943, et l’hymne est officiellement reconnu le 1er janvier 1944.

Cependant, Sergueï Mikhalkov a commis une erreur, ou plutôt, il l’a commise sous les ordres de Staline : il a trop personnalisé cet hymne. Ainsi, quand Staline meurt en 1953, la Russie cherche à dépersonnaliser la pratique du pouvoir et l’on garde l’hymne, mais en abandonnant les paroles. En réaction, Mikhalkov écrit de nouvelles paroles, mais il n’ose pas les présenter au présidium soviétique. Il attend le 27 mai 1977 pour le faire.

hymne soviétique créateur sergueï mikhalkov
De 1944 aux années 1960, puis de 1977 à 1991, et enfin depuis 2000, l’hymne national russe écrit par Sergueï Mikhalkov a souvent été sujet à débat.

L’hymne national soviétique a été conservé avec les paroles de Sergueï Mikhalkov jusqu’en 1991. A cette date, Boris Eltsine décide de l’abandonner. En 2000, quand Vladimir Poutine arrive au pouvoir, il réclame le retour de cette musique nationale. Ce revirement redonne vie à Mikhalkov, qui reprend la plume et écrit de nouvelles paroles pour accompagner le thème d’Alexandrov. L’hymne est rétabli le 30 décembre 2000.

Famille et KGB

Sergueï Mikhalkov s’est marié avec Natalia Konchalovskaïa avec qui il est resté jusqu’à la mort de cette dernière. En 1997, il épouse Yulia Subbotina. Il vit à Moscou avec ses deux fils cinéastes, Nikita Mikhalkov et Andreï Konchalovski. Ce dernier part assez vite vivre aux Etats-Unis.

Jusqu’à quel point Sergueï Mikhalkov était associé au régime ? Assez loin, en vérité. On sait qu’il a plusieurs fois travaillé pour les services secrets du KGB. Par exemple, dans les années 1950, il met en contact l’ambassadeur de France, Monsieur Dejean, avec des officiers du KGB qui participent à sa chute. Mikhalkov, avec son épouse Natalia Konchalovskaïa, aide souvent le KGB à introduire des agents sous couverture. Le frère de Sergueï, Mikhail Mikhalkov, est également un écrivain travaillant pour le KGB.

Scénarios

  • Diadia Stiopa (1939)
  • Amies de front (1941)
  • La bataille de Sokol (1942)
  • Le foulard rouge (1948)
  • Ils ont une patrie (1949)
  • Chauffeur malgré lui (1958)
  • Les nouvelles aventures du chat botté (1958)
  • Sombrero (1959)
  • Moineau abstinent – Le conte pour adultes (1960)
  • La renarde, le castor et les autres (1961)
  • Vingt mille lieues sur la terre (1961)
  • Trois plus deux (1963)
  • Mama (1972)
  • Titre de résident (1972)